Pourquoi je veux et je dois parler de mon histoire

Depuis un petit moment, je sens que c’est le bon moment pour moi de parler un peu plus de moi. Je le sens mais je n’y arrive pas forcément. J’ai peur du jugement extérieur. Parce que bon, ce sera toujours plus facile de rejeter des propos ou une personne sans chercher à entrer en contact que de les accepter totalement. En tout cas plus facile par rapport à la façon dont nous sommes formatés à condamner l’anormalité, la déviance par rapport à la norme.

Alors je tente de me rappeler pourquoi. Pourquoi je sens que je dois parler de ça ? C’est assez simple, en fait. C’est parce que j’aimerais que personne ne subisse plus ce que j’ai subi. J’aimerais que celles et ceux qui en sont encore à subir trouvent la force pour dépasser les obstacles. J’aimerais que certains obstacles n’existent plus, d’ailleurs. J’aimerais contribuer à améliorer les choses.

 

J’aimerais que chacun puisse parler de soi, dans son entièreté, sans avoir peur du rejet ou de conséquences négatives. J’aimerais que chacun puisse échanger sur ses échecs, ses obstacles, ses traumatismes, sans éprouver de honte, mais en profitant de ses accidents de parcours pour se connecter à son humanité et avec l’humanité de chacun.

J’aimerais que chacun puisse apporter sa pierre de sagesse, de maturité à la société, la communauté. J’aimerais pouvoir contribuer à transmettre ces petites pierres qui pourraient rendre notre monde plus humain et plus juste.

 

J’aimerais montrer que le courage, ce n’est pas d’utiliser la violence pour arriver à ses fins, mais que le courage c’est d’oser être soi, assumer ses choix et en tirer le meilleur. Le courage c’est aussi de choisir la vie, la joie, l’amour et non pas la violence, la vengeance, la haine.

J’aimerais montrer que l’être humain est infiniment plus complexe et subtil qu’une machine et qu’on ne peut pas se réduire à en avoir une vision dichotomique (bien/mal, gentil/méchant, etc.).

 

J’aimerais permettre à tous ceux qui se sentent étouffés par une vision étroite de l’existence de se libérer de leurs chaines, et non pas en choisir d’autres.

 

Je me suis moi-même engagée sur ce chemin. Je suis loin d’être libérée entièrement ou d’être la personne la plus courageuse du monde. J’y travaille. Il y a des hauts et des bas, comme tous les chemins, il n’est pas linéaire. Je fais de mon mieux.


Isabelle,
Expérimentatrice enthousiaste des arts visuels.
Mais pas que.

Envie d'aller plus loin ?
Envie d'oser créer et d'expérimenter le bien-être du processus créatif ?
Télécharge tes astuces gratuites pour te lancer avec douceur et courage !



2 commentaires sur “Pourquoi je veux et je dois parler de mon histoire

  1. Emilie-Anne a dit :

    Bravo Isa pour ce voyage difficile que tu t’apprêtes à faire! Et comme je le dis toujours, on est plus fort qu’on ne le pense. Ne l’oublie jamais! 😉

    1. Isa a dit :

      Merci Emilie-Anne pour tes chaleureux encouragements ! Je tacherais de ne pas l’oublier ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *