Les rustines de nos vie : la salle de sport

Je fais partie de ces gens qui n’aiment pas les salles de sport. Non seulement je n’aime pas courir sur un tapis roulant ou faire du vélo d’appartement mais c’est le concept même de salle de sport que je trouve choquant.

Pourquoi a-t-on besoin d’aller se dépenser dans ces salles de sport ? Parce que notre mode de vie est sédentaire. Pour beaucoup d’entre nous, nous passons la majeure partie de notre temps assis. Alors pour rééquilibrer tout ça, le concept de salle de sport a été inventé.

 

Mais quand on y réfléchit un petit peu, c’est un palliatif, une rustine que certains ont eu la bonne idée d’exploiter. Mais est-ce que c’est vraiment de ça dont on a besoin ? Est-ce qu’on a besoin de se dépenser en salle de sport, ou est-ce qu’on a besoin d’avoir un mode de vie où on bouge un peu plus ?

Quand on y pense aussi, le concept de vélo d’appartement ou de tapis de course revient à supprimer la dimension déplacement au vélo ou à la course. Alors que des déplacements, on est nombreux à en faire beaucoup. C’est complètement absurde : parce qu’on a une vie sédentaire, on convertit des activités de déplacement en des activités sédentaires. On ne fait qu’amplifier notre problème.

 

Le concept de salle de sport me fait penser au concept de plat préparé. C’est un peu le même principe, on n’a pas assez de temps pour se préparer un repas, alors on en achète un tout fait. Et souvent ce repas ne nous donne pas l’énergie que nous donnerait un repas fait maison. Et donc on n’a pas de temps ou pas d’énergie. Et donc pas envie de cuisiner.

Et je suis sûre qu’on peut trouver plein de concepts bâtis sur un besoin palliatif, à court-terme et qui nous est partiellement nuisible à long terme (Si tu en vois d’autre, dis-le nous en commentaire 😉 ).

Bien sûr, dans ces concepts, c’est surtout la notion d’habitude ou de répétition qui prime. C’est la répétition qui conduit aux extrêmes.

 

Combien de temps est-on prêt à se contenter de ces rustines, nier nos réels besoins ? Combien de temps est-on prêt à être déconnectés de notre corps, de nous-mêmes ? Tôt ou tard, on en paie le prix !


Envie d'aller plus loin ?
Télécharge ton ebook gratuit et reste informé/e des nouveautés 9 astuces pour dépasser la peur de la page blanche



Isabelle,
Expérimentatrice enthousiaste des arts visuels.
Mais pas que.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *