Envie de SUR-vivre après les épreuves

J’ai été en prépa scientifique quand j’étais jeune. J’ai commencé ainsi mes études. Pourquoi une prépa ? Parce que mes centres d’intérêt ne rentraient dans aucune case.

J’aimais les sciences expérimentales, mais pas les mathématiques. J’aimais les langues vivantes, mais pas la littérature ni les autres matières classées littéraires. J’aimais les arts plastiques et la musique, mais tout ceci n’est pas sérieux, n’est-ce pas ?

 

étagères vides dessinées

 

C’est aussi pour me conformer à cet idéal du sérieux, du débouché, du marché que j’ai fini par céder et aller là où les autres me disaient d’aller.

 

Ce fut… une expérience.

 

Je me disais avant d’y entrer « ça passe ou ça casse ». Vraisemblablement ça a bien cassé, ça m’a bien cassée.

Avec tous les efforts qu’il me fallait faire pour les études, je n’ai plus eu d’énergie pour maintenir mes mécanismes de défense que j’avais mis tant de temps à peaufiner. Je n’avais plus d’énergie pour faire semblant que tout allait bien, que j’aimais ma vie, que j’aimais la vie.

 

Et bam je suis tombée. Une première fois.

 

personne pensive à table

 

J’ai vraiment cru ensuite que je pouvais retrouver cette énergie pour faire mes petits arrangements avec ma vie. Me cacher, faire semblant, jouer un rôle, toujours sourire. Tout ce que j’avais bien su feinter jusqu’alors. Eh bien non, ça n’a pas fonctionné.

Et je suis tombée. Une deuxième fois.

J’ai quand même passé 3 ans en prépa. Parce que je ne savais pas quoi faire d’autre, et je n’avais pas la force pour désobéir aux bien-pensants qui désignaient cette voie comme la meilleure.

En un sens ça a été la meilleure, la plus formatrice pour moi. J’y ai appris dans la douleur le poids des petits arrangements qu’on peut faire avec la réalité. J’y ai appris les conséquences de se taire et obéir au conformisme. J’y ai appris qui j’étais, ce qui m’animait.

 

Alors oui, je l’ai appris plus tard, pas sur le moment. Parce que j’étais complètement zombifiée par les médicaments psychotropes que d’autres bien-pensants considèrent comme la seule et unique voie, la meilleure, pour aller mieux.

Je suis ainsi passée d’un système à l’autre, tous deux gouvernés par des dogmes rigides, punissant ceux qui cherchent à s’en évader. Mais pourtant, une petite flamme rebelle était encore là, la flamme de la vie. Et c’est elle que j’ai appris depuis à reconnaitre et écouter.

 

la flamme de l'irrévérence gribouillée aux feutres

 

C’est elle qui m’a poussée à arrêter abruptement les médicaments. Ce fut un échec 3 fois. Ce fut un succès 1 fois. Et c’est ce qui compte. Car c’est elle qui m’a fait persévérer. J’ai pu ainsi reperdre doucement les 20 kg que j’avais pris, renouer avec les sensations d’appétit et de satiété que j’avais perdus. Manger sainement, prendre soin de moi, enfin !

C’est elle qui m’a poussée à quitter mes différents jobs où je n’étais pas bien. Trop de rigidité, trop d’ordres, trop de politique, trop peu de considérations pour l’humain. J’ai ainsi pu retrouver ce qui m’animait, loin de ce qu’on attendait de moi en tant que pion exécutant des ordres arbitraires pour des intérêts qui n’étaient pas les miens.

C’est elle qui me pousse à raconter mon histoire avec cœur et sincérité. Parce que la sincérité est une clé contre le conformisme étouffant des bien-pensants.

 

Chacun a son histoire, chacun a ses moments douloureux qu’il a pu surmonter.

Je crois que chacun a une pierre à apporter à cet édifice qu’est la vie. Je crois que faire le récit de ses moments douloureux contribue à faire de ce monde un lieu plus humain.

Je crois que la diversité de nos histoires enrichit le monde de sagesse. Et je crois que notre monde a bien besoin de sagesse.

Tous ceux qui ont surmonté l’adversité savent de quoi je parle. Nous avons survécu à ces obstacles. Nous avons cette soif de vivre intensément. Nous avons envie de SUR-vivre !

Tête de femme peinte en couleurs

 


Isabelle,
Expérimentatrice enthousiaste des arts visuels.
Mais pas que.

Envie d'aller plus loin ?
Envie d'oser créer et d'expérimenter le bien-être du processus créatif ?
Télécharge tes astuces gratuites pour te lancer avec douceur et courage !



2 commentaires sur “Envie de SUR-vivre après les épreuves

  1. Sandra a dit :

    SUR-vivre et mettre le FEU ! Merci pour cet article dans lequel tu nous donnes bel et bien un morceau de ton coeur. A bientôt.

    1. Isabelle a dit :

      Oui le FEU !! 😀
      Merci Sandra et à bientôt !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *