De la honte et la stigmatisation à la résilience et au courage

La stigmatisation des personnes vivant une souffrance psychique est très difficile à vivre. Elle enferme, elle déconnecte, elle isole. Elle rend difficile la résilience.

Je suis passée par là et j’y suis encore un peu. Devoir se cacher, perdre des amis qui sont mal à l’aise avec le sujet, mentir pour que personne ne sache. Mentir à son école, mentir à son employeur, mentir à son médecin, mentir à ses nouveaux amis, mentir à ses collègues, …

enfant honteux baissant les yeux

Personne ne doit savoir, ça fait tellement peur. Je risque le rejet, l’humiliation, le harcèlement, le licenciement. Et vu dans l’état où je suis, j’aurais du mal à gérer ça en plus, je le supporterais pas. Ce serait trop, la goutte d’eau qui ferait tout déborder.

Alors je mens. Des petits mensonges chaque jour, c’est un peu d’énergie dépensée chaque jour pour éviter d’en dépenser une grosse quantité en une fois. Je supporte des blagues de merde bien stigmatisantes sans broncher. Je suis presque crédible en personne hyper stable, je gère.

Oui mais le problème, c’est que tous ces mensonges, toutes ces dépenses d’énergie, ça se cumule ! Et ça finit par faire beaucoup, beaucoup trop. C’est comme des murs que je me serais construits pour me protéger et qui maintenant m’enferment et me piègent, qui m’empêchent de rentrer en contact avec les autres, qui m’empêchent d’être entière, d’être moi.

 

personne se libérant de ses murs

 

Aujourd’hui, tant pis si je me fait rejeter, harceler, humilier, virer, critiquer. Je choisis le courage d’être moi plutôt que le repli dans les murs.

Je ne suis en rien coupable. Coupable de quoi ? d’avoir souffert dans ma vie à tel point que j’ai voulu y mettre fin parce que je ne voyais pas d’autre issue ? Non je ne suis pas coupable. J’ai eu cette force de rebondir, plus ou moins maladroitement, certes. La résilience est un long chemin non linéaire…

Il y a toujours des ratés. Et qui peut prétendre n’avoir jamais de raté ? Je suis imparfaite comme tout le monde. Je suis humaine, j’ai mes faiblesses. Mais en aucun cas la souffrance n’est une faiblesse.

 

portrait personne courageuse

 

À tous ceux qui stigmatisent la souffrance psychique (sans même s’en rendre compte !), je propose un exercice : remplacez donc une pathologie psychique par une pathologie non stigmatisée, comme le cancer. Et maintenant, voyez si ça sonne toujours aussi bien. Par exemple, remplacez « traîne pas avec lui, il est taré ! » par « traîne pas avec lui, il a un cancer ! », ça sonne toujours aussi normal, hum ?

Alors voilà, j’aimerais que chacun puisse être lui-même dans ce monde, peu importe qui il est, d’où il vient, quelles sont ses préférences, ce qu’il a vécu, qui il aime, quels sont ses rêves, etc.

Chacun a sa place ici.


Envie d'aller plus loin ?
Télécharge ton ebook gratuit et reste informé/e des nouveautés 9 astuces pour dépasser la peur de la page blanche



Isabelle,
Expérimentatrice enthousiaste des arts visuels.
Mais pas que.

2 commentaires sur “De la honte et la stigmatisation à la résilience et au courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *