Ce subtil sabotage interne qui nous freine

Cet auto sabotage qui nous freine... Un exercice créatif pour s'en libérer

La voix interne de l’auto-sabotage

Est-ce que toi aussi ça t’arrive d’avoir très envie de faire quelque chose mais de ne pas le faire parce que “ce n’est pas assez bien” ? Est-ce que toi aussi ça t’arrive de penser à ce que les autres vont pouvoir critiquer sur tout ce que tu projettes de tenter ?

Pendant très longtemps, j’ai cru que ça n’était pas normal d’avoir cette sorte de “voix” dans ma tête. J’ai cru que ça n’étais pas normal parce qu’on m’avait fait comprendre que je n’étais pas normale, puisque j’étais “malade”.

Quel soulagement de savoir que ça ne fait pas de moi une malade, mais simplement un être humain !

Et quel soulagement quand j’ai compris d’où venait cette voix négative qui sait toujours ce qui va se passer – une catastrophe – et ce qu’il vaut mieux faire – rien, surtout ne pas prendre de risque !

Quel soulagement quand j’ai compris que ça n’était pas ce que je pensais vraiment mais un résidu d’éducation, de normes sociales, mêlé à une grosse dose de peur.

La voix interne qui nous critique en permanence

 

Cette voix critique nous veut du bien

Finalement, cette voix a un rôle plutôt sympa : s’assurer de ma sécurité. Sans elle, j’aurais peut-être commis des imprudences qui m’auraient coûté cher. Sans elle, je ne serais peut-être plus là. Bref, dans le fond, on peut bien s’entendre toutes les deux !

Le souci, c’est quand elle prend toute la place. Le souci c’est quand je n’écoute qu’elle. Le souci c’est quand je m’identifie à elle. Là je tombe dans la paralysie et le perfectionnisme extrêmes.

Parce que pour cette voix, il vaut mieux ne rien faire que de risquer d’échouer (sécurité, sécurité !). Pour cette voix, il vaut mieux se taire que de s’exposer à la critique.

Lyvia Cairo en parle bien dans cet article et propose un exercice puissant pour identifier et dépasser ces freins.

La voix de l’amusement et des aventures

Mais ce qui est bien quand on commence à faire connaissance avec cette partie de soi, c’est qu’on se rend compte qu’elle n’est pas seule. Non.

Il y a aussi la voix qui semble opposée, celle des risques, des aventures. Celle qui te murmure à l’oreille “allez, fais-le, ça va être rigolo !”. C’est elle qui te pousse à tenter des nouvelles choses, à oser sortir des sentiers battus. C’est elle qui détient une part importante de ton énergie. Car le jeu est quelque chose de sérieux, de vital, même !

La voix interne qui veut s'amuser

C’est cette voix qui te pousse à explorer, à t’amuser, à te faire du bien. Elle est parfois bien cachée et cela demande de l’entrainement pour l’écouter ou ne serait-ce que l’entendre.

 

Prendre du recul et écouter ces voix

Alors, pour s’y entrainer, voilà ce que je te propose : symboliser ces deux voix qui apparemment se contredisent.

Les symboliser, c’est-à-dire ?

Ce que je t’invite à faire, c’est d’utiliser un medium de ton choix, par exemple le dessin, la peinture, le modelage, et de représenter ces forces en toi. L’esthétique n’a aucune importance, ce qui compte, c’est de faire ce travail en conscience et le plus honnêtement possible avec soi-même. L’important c’est de les ressentir au plus profond de toi au moment où tu les représentes sur le medium que tu as choisi.

Si tu es en panne d’idée de medium, voici une liste non exhaustive :

  • Dessin/peinture : crayons de couleurs, gouache, stylos billes, feutres, aquarelle, acrylique, craies, pastels
  • Collage : vieux magazines, prospectus publicitaires, vieux journaux, vieux livres
  • Modelage : pâte à modeler, pâte à sel, argile
Le démon à l'intérieur
Mon démon interne qui rit diaboliquement de tout ce que je fais. Mouhahaha ! Il fait peur, hein ?

 

Pourquoi les symboliser ?

C’est un moyen de prendre du recul par rapport à ces forces qui t’entrainent du côté de l’inaction ou de la témérité, pour ne pas t’identifier à l’une d’elle. Ces voix ne sont pas toi, elles sont une partie de tes pensées.

Symboliser ces deux forces aide grandement à prendre un recul lucide et ne pas réagir impulsivement sous leur emprise. C’est un outil de liberté, dans le sens où il permet de nous libérer de nos impulsions et de nos réactions prédéterminées. C’est un entrainement au lâcher-prise.

Une fois l’exercice terminé, ces forces auront leur propre existence, en dehors de toi. C’est de ce symbole de distance qu’il s’agit ici.

Et puis, on peut aussi les caricaturer, les tourner en ridicule. C’est une façon simple et amusante de prendre du recul. L’imagination est ouverte…

Amuse-toi, libère-toi !

 

C’est fait ?

Bravo ! Je te félicite !

Je pense que la plupart des gens auraient écouté leur voix critique interne plutôt que de faire cet exercice.

Réconcilier ces voix, se libérer des sabotages

Maintenant, je t’invite à un exercice encore plus puissant.

Symbolise ce que tu serais si tu n’étais plus saboté(e) intérieurement. Comment tu te sentirais si tu étais libéré(e) de tes propres freins. Ce que tu ferais, qui tu deviendrais.

Autorise-toi à te libérer. Autorise-toi à rêver grand, à voir loin, à t’étendre symboliquement.

 

C’est satisfaisant, non ? Ne plus avoir de barrière autour de soi. Être dans toute sa grandeur et en toute liberté.

 

Ça y est ?

Triple bravo !!

Tu viens de goûter à ta propre puissance. C’est plutôt agréable, non ?

 

La bonne nouvelle, c’est que c’est une sensation que tu peux recréer par toi-même n’importe quand. Ça ne tient qu’à toi.

Et avec cette sensation de liberté intérieure, tes actions seront plus libres. C’est un cercle vertueux qu’on peut invoquer quand on en a envie.

 

Envie de partager tes expérimentations ? La page Facebook t’y accueille.

Si tu préfères, tu peux m’envoyer un email.

 

Voici ma triplette, en version brouillonne. J’ai bien dit que l’esthétique n’avait aucune importance ! La création est un processus, pas un résultat !

Notre essence, nos obstacles, la libération

 

 


Envie d'aller plus loin ?
Télécharge ton ebook gratuit et reste informé/e des nouveautés 9 astuces pour dépasser la peur de la page blanche



Isabelle,
Expérimentatrice enthousiaste des arts visuels.
Mais pas que.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *