Quand nos émotions nous rendent fous

Quand nos émotions nous rendent fous: Un nouveau regard sur les folies humaines, de Philippe Jeammet – Odile Jacob, 2017

 

Livre de Philippe Jeammet : Quand nos émotions nous rendent fous - Un nouveau regard sur les folies humaines

 

 

Philippe Jeammet nous offre dans ce livre une compréhension fine et humaine de nos comportements. Au-delà des étiquettes des diagnostics, il a su comprendre et nous transmettre ce qui est propre à notre fonctionnement d’être vivant et d’être humain.

Pour lui il n’existe pas un “normal” d’un côté et un “pathologique” de l’autre. Les fonctionnements normaux et pathologiques répondent aux mêmes logiques émotionnelles à des degrés différents. Il nous rappelle que le regard que porte la société sur le malade mental est un frein à son rétablissement ainsi qu’à la réduction de ses actes destructifs.

Les points-clés

Notre dualité en équilibre dynamique

En tant qu’êtres vivants, nous sommes en permanence soumis à deux mouvements. Cette dualité forme des paradoxes et des équilibres toujours changeants. C’est ce qu’il nous est utile d’apprivoiser pour vivre de façon harmonieuse.

  • L’appétitif et l’aversif.
  • Le désir et la déception.
  • L’indépendance et la dépendance.
  • La confiance et la méfiance.

Ce qui est paradoxal, c’est qu’on a toujours besoin de ce qui nous menace.

Les réactions adaptatives pour atténuer le déplaisir

Plutôt que la recherche du plaisir, nous cherchons en réalité à atténuer notre déplaisir. Nous le faisons par une une série de réactions de défenses adaptatives.

Ainsi nous avons le sentiment d’être acteur de notre vie. Mais sommes-nous vraiment libres ?

Ces réactions adaptatives peuvent devenir pathogènes lorsqu’elles sont répétées et nous coupent de ce dont nous avons besoin pour nous développer.

Ce sont les émotions qui nous gouvernent, pas la raison

Nous croyons à tort faire nos choix selon notre raison alors que ce sont les émotions qui nous commandent.

Nous ne choisissons pas nos émotions, nous les subissons. Elles sont le moteur de nos actes. C’est ce que nous partageons avec tous les autres être vivants.

Nous sommes tous touchés à des degrés divers par les émotions. Elles suivent le même schéma avec leur deux polarités : la confiance et la menace.

Pour Philippe Jeammet, le normal et le pathologique font partie d’un même continuum, selon l’intensité de l’émotion, de la réaction adaptative.

La conscience comme levier

En tant qu’être humain, cependant, nous avons une conscience réflexive : nous sommes conscients d’être conscient.

Ce qui a deux conséquences majeures :

  • Nous sommes dépendant du regard que les autres nous portent, surtout lorsque nous sommes enfants.
  • Nous avons la capacité à prendre du recul et moduler nos conduites.

Les comportements pathologiques visent à nous apaiser

Les comportements pathologiques ont une fonction apaisante par rapport à un débordement émotionnel. En cela ce sont des réactions adaptatives. Cependant, le comportement devient pathologique lorsqu’il enferme progressivement la personne et la coupe de son environnement.

La pathologie mentale est ainsi difficile à soigner car les comportements destructeurs donnent l’impression à la personne d’être actrice, elle finit par adhérer et se cramponner à ses troubles pour s’apaiser.

Ce type de cramponnement addictif concerne les malades et plus généralement tous les être humains. Nous croyons agir en liberté alors que nous sommes le plus souvent sous des contraintes émotionnelles.

Pour s’en sortir : retrouver du lien, et ne pas culpabiliser

La clé pour s’en sortir est de retrouver des échanges, donner du sens aux comportements pathologiques. Ces comportements ont un but adaptatif et ne sont pas voulus.

Le malade a une responsabilité de se soigner, cependant il est difficile de se soigner lorsque la société nous condamne moralement. Philippe Jeammet prend l’exemple extrême du pédophile. La folie reste malheureusement honteuse et de nombreuses personnes n’osent pas demander de l’aide par peur d’être jugées méchantes de façon intrinsèque.

La destructivité

C’est ce que Philippe Jeammet appelle la “créativité du pauvre”, des comportements de réaction pour se sentir moins menacé. Et nous pouvons nous sentir menacés pour tout ce qui touche à notre territoire, selon notre degré d’insécurité. De là, toutes sortes de stratégies sont possibles : emprise, sensations fortes, repli, froideur, croyances.

La violence sous toutes ses formes a son origine dans les réactions adaptatives aux émotions de menace.

 

Ce livre est un hymne à la vie, la paix, l’échange, la coconstruction.

Et à l’intelligence émotionnelle.

 

Il s’agit bel et bien d’un nouveau regard, comme promis dans le titre de l’ouvrage. Un regard très différent des opinions courantes de notre société, plein de compréhension, de tolérance et d’espoir ! Un très joli message constructif. À mettre entre les mains de tous ceux qui sont concerné par la maladie mentale, de près ou de loin.

Pour aller plus loin, je te conseille :

L’émission sur Fance Inter consacrée à cet ouvrage, rencontre avec Philippe Jeammet – Etat d’esprit

Acheter ce livre sur Amazon (lien affilié)

Qu’est-ce qu’un lien affilié ?

Si tu achètes ce livre en suivant ce lien, tu le paieras à son prix normal, et je recevrai une commission. Merci à toi 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *